Le portail romand pour les Romands
 
  Dirigez-vous vers la bonne information sur votre région
Menu
  Actualité
  Histoire et culture
  Vin et société
  Par canton
  Les vins sur votre site
Recherche
Newsletter






Actualité

Monde

 

Réchauffement climatique: quelles implications pour le secteur vin?
Ecrit par Hervé Lalau

  

Les informations de la rubrique sont fournies par
RomanDuVin.ch




La Belgique va-t-elle devenir la nouvelle Bourgogne? Dans 50 ans, la région de Chianti sera-t-elle trop chaude pour obtenir des vins raffinés? La syrah deviendra-t-elle le cépage bourguignon par excellence? Autant de questions qui seront posées le 10 septembre prochain, lors du séminaire sur le réchauffement climatique et ses conséquences sur le secteur vin, organisé par Wine Wise, au PIVA d’Anvers.

Le constat

Aujourd’hui, la plupart des scientifiques s’accordent à confirmer les changements climatiques. De nombreux producteurs de vin en font déjà l’expérience: les vignobles sont plus souvent victimes de maladies, les vendanges débutent plus tôt chaque année et le caractère des vins se modifie. Des études démontrent que dans beaucoup de régions viticoles, la température a augmenté de 2° en moyenne au cours des cinquante dernières années. Les journaux et les périodiques consacrent quantité d’articles aux changements climatiques, mais l’incidence de ce phénomène sur l’industrie du vin est rarement évoquée. L’histoire a déjà connu de nombreux changements climatiques, certes, mais aucun ne semble se profiler avec autant de force et de rapidité.

Des conséquences inattendues

C’est toute la carte viticole mondiale qui pourrait s’en trouver changée. Les vignerons sont concernés, les oenologues aussi (l’osmose inverse permettrait d’abaisser le taux d’éthanol…), sans oublier les consommateurs, qui pourraient bien ne plus retrouver demain les styles de vins auxquels ils sont habitués (en tout cas, pas sous les mêmes appellations !).

Vinifier dans des régions déjà chaudes aujourd’hui, comme la Barossa, la Hunter, le Chianti ou les Côtes du Rhône du Sud, pourrait devenir un véritable défi. Parallèlement, les cépages du sud pourraient partir à l’assaut des vignobles septentrionaux, la Bourgogne ne connaîtrait plus jamais de problème d’ensoleillement, la Champagne verrait ses problèmes de gelées disparaître… La Belgique pourrait devenir un grand producteur de vin, comme le Sud de l’Angleterre. Notamment d’effervescents.

A ceux qui se réjouissent déjà, cet avertissement : le phénomène pourrait être exponentiel, ou partiellement autorégulé - on ignore totalement ce qui pourrait se passer, par exemple, si le Gulf Stream s’arrêtait… Montréal est à la latitude de Bordeaux, seuls les courants chauds de l’Atlantique expliquent l’écart de températures entre les deux villes…

Mise au point

Parmi les intervenants qui se succéderont à la tribune, une référence mondiale sur la question, notre confrère espagnol Pancho Campo (Spanish Wine Academy, BBC, The Times), qui a rencontré Al Gore à ce sujet. Mais aussi Sybille Troubleyn (Wine Wise) ainsi que le vigneron belge Peter Colemont (Clos d’Opleeuw), qui fera part de son expérience personnelle, à la vigne et dans le chai. Bref, qu'on soit professionnel ou oenophile, on ne peut pas se désintéresser de ce thème. Une mise au point est nécessaire, pour bien mesurer l’impact de ces changements, sans doute inéluctables.

Hervé Lalau

 
 


Page publiée le 8 Aout, 2007
Haut de Page
© Copyright 2005 by bestof-romandie.ch

 




<%-- File : include_footer.html Description : This is a site wide footer file, and you can place a footer you like here. Tags : All the tags on the page that is including the footer are available here. --%>