Le portail romand pour les Romands
 
  Dirigez-vous vers la bonne information sur votre région
Menu
  Actualité
  Histoire et culture
  Vin et société
  Par canton
  Les vins sur votre site
Recherche
Newsletter






Vin et société

La Côte

 

Château le Rosey: pionnier de l'oenotourisme
Ecrit par Alexandre Truffer

  

Les informations de la rubrique sont fournies par
RomanDuVin.ch




L'oenotourisme est devenu le mot à la mode chez les professionnels du vin. Porteuse sur ses épaules tous les espoirs du microcosme viticole, cette notion a remplacé l'ancien leitmotiv des communicants du vignoble. Il y a encore une année, on voulait promouvoir le vin auprès «des femmes et des jeunes» ces nouveaux consommateurs. On a beaucoup parlé, élaboré de nombreux concepts mais sans beaucoup de résultats. Aujourd'hui, on philosophie sur l'oenotourisme, rêvant des hordes étrangères qui s'abattront sur nos vignobles pour découvrir les murs en pierre sèche et les scorpions du Mont d'Or avant de se plonger dans un bain de Merlot à l'institut régional de vinothérapie mitoyen de la chambre d'hôte du domaine. "Le thème est tendance, nos paysages valent le détour, on a même le satisfecit de l'Unesco donc, aucun doute, ils vont venir!" syllogise-t-on autour d'un verre.

Seul soucis: les infrastructures. Du Mandement à Visperterminen, on se montre peu pressé de construire centre de vinothérapie et chambres d'hôtes. Il y a bien un large réseau de sentiers viticoles, mais, malgré les efforts de promotion, on ne peut pas dire qu'ils soient surchargés. Si le panorama dépeint paraît peu encourageant, il existe au moins une exploitation viticole qui pratique avec succès l'oenotourisme: le Château Le Rosey à Bursins. Racheté en 2000 par deux architectes, Silvia et Pierre Bouvier, le domaine a connu une évolution fulgurante. En l'espace de cinq ans, Château Le Rosey a su se faire une place dans la petite élite des vins vaudois. Coutumier des médailles au niveau national, il fait désormais partie des incontournables de La Côte.

Les époux Bouvier ont la particularité de résider dans un beau château et de faire du bon vin. Mais pas seulement! Ils se servent de l'un pour développer l'autre et inversement. Une partie des visiteurs du domaine ne vient pas du tout pour l'amour de Bacchus -souvent cette clientèle internationale ne sait même pas qu'il y a des vignes sur les bord du lac Léman-, mais pour séjourner dans l'une des quatre chambres d'hôte de la maison qu'elle a découvert sur internet. En effet, lors des travaux de rénovations de la bâtisse, les nouveaux propriétaires ont aménagé quatre chambres doubles destinées à accueillir une clientèle aisée -la nuit revient entre quatre et cinq cents francs- à la recherche d'une symbiose entre confort haut de gamme, accueil personnalisé et site historique d'exception. Les habitations, qui portent le nom d'un des classiques de la cave (Côté Nil, Alizarine, Nizeré et Héliodore) et bénéficient de toute la technologie moderne, ont été conçues par les propriétaires dans un style aussi élégant que original. Bien entendu, le couple de Liverpool ou de Stockolm ignorant des attraits oenologique de La Côte ne demeure pas inculte en matière de crus locaux bien longtemps.

Comme la majorité des caves, le Château Le Rosey accueille volontiers mariages, séminaires et autres. Mais les Bouvier ne se contentent pas d'attendre qu'on les contacte pour utiliser leurs salles. Ils accueillent chaque trimestre un cuisinier différent qui élabore tous les mois un dîner gastronomique. Salle à manger de rêve, chefs étoilés, vins médaillés, possibilité de loger sur place, tout se conjugue pour que les convives passent une soirée d'anthologie. Au vu du succès de ces soupers gourmands, le concept fonctionne. Selon Silvia Bouvier les étrangers se montrent enchantés de découvrir que la Suisse excelle non seulement dans les montres et la finance mais aussi dans les arts de la table. Quand aux Suisses, souvent venus de la Genève voisine, ils se disent surpris de se sentir aussi dépaysés dans leur propre pays. Comme quoi, l'oenotourisme recèle de possibilités et représente peut-être bien le futur du vignoble helvétique.

Truffer Alexandre
©RomanDuVin.ch 2007

 
 


Page publiée le 6 Sep, 2007
Haut de Page
© Copyright 2005 by bestof-romandie.ch

 




<%-- File : include_footer.html Description : This is a site wide footer file, and you can place a footer you like here. Tags : All the tags on the page that is including the footer are available here. --%>