Le portail romand pour les Romands
 
  Dirigez-vous vers la bonne information sur votre région
Menu
  Actualité
  Histoire et culture
  Vin et société
  Par canton
  Fribourg
  Genève
  Jura
  Neuchâtel
  Valais
  Vaud
  Les vins sur votre site
Recherche
Newsletter






Par canton : Vaud

Mont-sur-Rolle

 

Les Dames de Hautecour
Ecrit par Alexandre Truffer

  

Les informations de la rubrique sont fournies par
RomanDuVin.ch



L’histoire du domaine de Hautecour commence au XVIIème siècle. Il ne s’agit alors que de quelques parcelles de vigne achetées à Mont-sur-Rolle par une famille aisée genevoise. Au fil du temps, l’exploitation va prendre de l’importance pour dépasser les cinq hectares. Les noms de ses possesseurs changent à chaque génération, car la propriété se transmet de femme en femme. En effet, dans la grande bourgeoisie de la cité calviniste, les garçons héritent des banques alors que les filles reçoivent les terres familiales.

Après Louise, Julie-Pauline, Adèle, Blanche et Ernestine, c’est maintenant Coraline de Wurstemberger qui tient les commandes. Initiée à la vigne par sa grand-mère Théodora qui gèrera Hautecour jusqu’en 1985, l’actuelle maîtresse des lieux n’avait pourtant pas le profil type du vigneron vaudois. Née à Paris, élevée en Italie, la jeune femme étudie la restauration d’art puis s’engage comme déléguée au CICR. Ce n’est qu’en 1995, à la mort de son père, qu’elle décide de reprendre avec ses deux frères la gérance du domaine. Elle entame alors une formation à l’école de Changins pour finir par devenir seule propriétaire en 2002. Le rachat de l’héritage implique la vente de 2,5 hectares et de la maison de maître, il permet aussi à Coraline de rebaptiser le domaine «Les Dames de Hautecour» en honneur des ses aïeules.

Énergique et inspirée, la vigneronne s’emploie depuis plusieurs années mettre en lumière les femmes du vin. Avec six autres propriétaires helvétiques, elle a créé Les Artisanes de la Vigne et du Vin, l’une des associations viticoles les plus intéressantes et les plus dynamiques du pays. Son engagement pour le «vin au féminin» lui a valu d’être élu en juillet de cette année présidente de la Fédération Internationale des Associations de Femmes du Vin (International Associated Women in Wine). Cette fonction, qu’elle occupera pendant trois ans, lui permettra de faire encore mieux reconnaître la place des femmes dans un milieu viticole très masculin.

Sur les 3 hectares du domaine pousse en majorité du Chasselas que Coraline décline en cinq spécialités. A côté de sa Réserve, le plus classique, on trouve un Chasselas sur lie élevé en foudre pendant douze mois et vieilli en bouteille pendant deux ans qui constitue un vin de gastronomie reconnu. Notre cépage traditionnel se transforme également en vin effervescent et, lors des meilleures années, fournit la matière première d’un vin liquoreux, la Grande Dame de Hautecour. Le dernier membre du quintette est le Chasselas Violet, une variété aux arômes plus exotiques que son cousin. Pour terminer, mentionnons les Pinot, Noir et Gris, vinifiés en quantités modestes.

L’une des grandes originalités du domaine réside dans la collection de vieilles bouteilles mises soigneusement de côté année après année. Plus de 2000 flacons forment ainsi une mémoire sans équivalent des vins de La Côte. La plus ancienne date de 1895. Il s’agit d’un Chasselas que Coraline conserve jalousement. Par contre, pour les millésimes plus récents, elle accepte volontiers d’en vendre quelques exemplaires aux amateurs. Alors, si vous recherchez un cru aussi bien conservé que vous l’êtes, ami lecteur, rendez visite aux Dames de Hautecour.

Photos de Céline Truffer
Article d'Alexandre Truffer
RomanDuVin.ch

 
 


Page publiée le 28 Aout, 2006
Haut de Page
© Copyright 2005 by bestof-romandie.ch

 




<%-- File : include_footer.html Description : This is a site wide footer file, and you can place a footer you like here. Tags : All the tags on the page that is including the footer are available here. --%>