Le président de Blackstone, Stephen Schwarzman, soutient Donald Trump

Ouvrez gratuitement la newsletter US Election Countdown

Le directeur général de Blackstone, Stephen Schwarzman, a soutenu Donald Trump comme un « vote pour le changement », dernier signe que les mégadonateurs républicains qui ont critiqué l’ancien président se rallient à lui.

Le milliardaire du capital-investissement a rompu avec Trump après la rébellion du 6 janvier à Capitol Hill et a soutenu le critique de Trump Chris Christie lors de la primaire républicaine. Il a fait don de 2 millions de dollars à Tell It Like It Is, une organisation superfund soutenant l’ancien gouverneur du New Jersey, et d’un montant moindre au sénateur républicain Tim Scott.

Mais dans un communiqué, Schwarzman a cité la « montée spectaculaire de l’antisémitisme » comme une des raisons de son retour dans le camp de Trump, et a déclaré qu’il pensait que la politique du président Joe Biden était erronée.

« Je partage l’inquiétude de la plupart des Américains selon laquelle nos politiques économiques, d’immigration et étrangères conduisent le pays dans la mauvaise direction », a déclaré Schwarzman dans un communiqué vendredi. « Pour ces raisons, j’ai l’intention de voter pour le changement et de soutenir Donald Trump à la présidence. »

L’annonce de Schwarzman pourrait annoncer le début d’une augmentation de l’argent de Wall Street pour l’ancien président, qui est à la traîne de Biden dans la course à la collecte de fonds et qui fait appel aux milliardaires de la finance, de la technologie et de l’énergie pour des injections de liquidités.

Trump a traversé le Texas mercredi pour collecter des fonds auprès des magnats du pétrole mécontents du programme environnemental et climatique de Biden. Le président de Continental Resources, Harold Hamm, et la directrice générale d’Occidental Petroleum, Vicki Holup, font partie des puissances qui accueillent Trump dans l’État du sud.

READ  Michigan AG inculpe les participants au complot de fraude électorale de 2020

Le mois dernier, le milliardaire des hedge funds John Paulson a organisé une collecte de fonds pour Trump en Floride qui, selon la campagne, a rapporté plus de 50 millions de dollars.

Avec Schwarzman à bord, de grands noms de la finance pourraient lancer leurs propres avenants. Après que l’ancienne gouverneure de Caroline du Sud Nikki Haley, qui s’est présentée contre Trump à la primaire, ait récemment annoncé son soutien à Trump, des questions se posent sur ce que feront les mégadonateurs républicains de Wall Street, Ken Griffin et Paul Singer. Tous deux ont donné des millions pour sa candidature à la présidentielle.

Schwarzman était un ancien allié de Trump, donnant des millions pour soutenir sa réélection en 2020 et défendant ses actions auprès de ses collègues PDG après sa défaite face à Biden cette année-là.

En 2017, le président de Blackstone a présidé le conseil consultatif du président Trump de l’époque et a voyagé avec lui en Arabie Saoudite. Riyad s’est engagé à contribuer jusqu’à 20 milliards de dollars au fonds d’infrastructure Blackstone auprès d’autres investisseurs.

Le groupe consultatif a été dissous après que Trump ait déclaré « la culpabilité des deux côtés » lors du rassemblement nationaliste blanc qui s’est avéré meurtrier à Charlottesville, en Virginie.

En novembre 2020, Schwarzman a défendu le droit du président de contester les résultats des élections devant les tribunaux. Mais après que des foules pro-Trump ont pris d’assaut le Capitole le 6 janvier 2021, il a condamné les « terribles » émeutes « suite aux propos du président ».

Après les élections de mi-mandat décevantes des Républicains en 2022, le mégadonateur républicain a déclaré qu’il ne soutiendrait pas Trump et qu’il recherchait une « nouvelle génération de dirigeants ».

READ  7 juges sélectionnés après 2 jours d'audiences silencieuses sur l'argent de Trump

Vendredi, Schwarzman a déclaré qu’il soutiendrait les candidats républicains tant au Sénat américain qu’aux élections à faible scrutin. Sa décision de soutenir Trump a été rapportée pour la première fois par Axios.

Reportage complémentaire d’Antoine Cara à New York

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *