Les employés de Trump Mar-a-Lago ont déplacé les boîtes un jour avant l’arrivée du FBI pour les documents

Le personnel de Donald Trump a déplacé des boîtes de documents la veille de la visite de deux agents du FBI et d’un procureur au domicile de l’ancien président en Floride. Pour les connaisseurs.

Trump et ses assistants auraient effectué une « répétition générale » de déplacement de documents sensibles avant de recevoir l’assignation à comparaître de mai 2022, selon des personnes proches du dossier.

Les procureurs ont rassemblé des preuves que Trump gardait parfois des documents classifiés à la vue de tous et les montrait parfois à d’autres.

Pris ensemble, les nouveaux détails de l’enquête sur les documents déclassifiés suggèrent une plus grande ampleur et une plus grande spécificité des cas d’obstruction potentielle identifiés par le FBI et le ministère de la Justice que ce qui avait été signalé précédemment. Cela élargit la chronologie des épisodes de perturbation potentiels que les enquêteurs examinent – ​​s’étendant des événements de Mar-a-Lago avant l’assignation. Après un raid du FBI le 8 août.

Les présidents et les vice-présidents traitent régulièrement des documents classifiés, mais les directives strictes de divers statuts ont des directives claires en la matière. (Vidéo : Adriana Euro/The Washington Post)

Ce délai pourrait s’avérer critique alors que les procureurs cherchent à déterminer l’intention de Trump de conserver des centaines de documents classifiés après son départ de la Maison Blanche. Le Washington Post avait précédemment rapporté que les boîtes avaient été retirées de l’entrepôt après que le bureau de Trump eut reçu une assignation à comparaître. Mais le moment précis de cette activité est un aspect important de l’enquête, ont déclaré des personnes proches du dossier.

L’activité du grand jury dans l’affaire a ralenti ces dernières semaines et les avocats de Trump ont pris des mesures, notamment en décrivant sa défense potentielle aux membres du Congrès et en sollicitant une rencontre avec le procureur général. Ils croient que la fin de la charge est proche. Après des mois d’action effrénée devant le tribunal fédéral de Washington, le grand jury chargé de l’enquête ne s’est pas réuni depuis le 5 mai. Il s’agissait de la plus longue interruption du panel depuis décembre, lorsque le procureur général Merrick Garland a nommé Jack Smith comme avocat spécial pour mener l’enquête et a coïncidé avec les vacances de fin d’année.

Trump a nié les actes répréhensibles dans chaque cas. « Ce n’est rien de plus qu’une chasse aux sorcières ciblée et politiquement motivée contre le président Trump, conçue pour interférer avec les élections et empêcher le peuple américain de le renvoyer à la Maison Blanche », a écrit le porte-parole de Trump, Steven Cheung, dans un communiqué. « Comme tous les autres canulars lancés au président Trump, cette tentative de corruption échouera. »

READ  Dernières nouvelles sur la guerre Israël-Hamas : mises à jour en direct

Cheung a accusé les procureurs de « ne pas tenir compte de la décence publique ou des règles fondamentales régissant le système judiciaire », et il a déclaré que les enquêteurs « avaient harcelé quiconque et tous ceux qui travaillaient ». [for]a travaillé [for]Ou soutenez Donald Trump.

« Pendant les négociations concernant le retour des documents, le président Trump a dit au haut responsable du DOJ: » Faites-nous savoir tout ce dont vous avez besoin de nous «  », a-t-il poursuivi. « Le fait que le DOJ ait nié cette coopération et mené un raid sur Mar-a-Lago démontre que le régime de Biden a armé le DOJ et le FBI. »

Un porte-parole de Smith a refusé de commenter. Les responsables du ministère de la Justice ont précédemment déclaré avoir effectué la recherche après des mois d’efforts infructueux pour récupérer tous les documents classifiés à Mar-a-Lago.

Selon des sources proches de l’enquête, les enquêteurs dans l’affaire des documents classifiés revêtent une importance particulière pour les preuves que des boîtes de documents ont été déplacées vers une zone de stockage le 2 juin, avant l’arrivée du procureur principal Jay Pratt à Mar-a. – Lagos avec des agents. Visite du 3 juin des forces de l’ordre Le matériel de réponse doit être collecté d’ici mai 2022 Grand jury pour exiger le retour de tous les documents avec des identifications classifiées.

L’avocat John Irving, qui représente l’un des deux employés qui ont déplacé les boîtes, a déclaré que le travailleur n’avait aucune idée de ce qu’elles contenaient et essayait seulement d’aider le valet de Trump Walt Nauta à déplacer le terrain à l’aide d’un chariot ou d’un diable. des boites.

« Le 2 juin 2022, une vidéo de sécurité de Mar-a-Lago le montrait en train d’aider Walt Nauta à déplacer des boîtes vers une zone de stockage. Mon client a vu M. Nauta déplacer les boîtes et s’est porté volontaire pour l’aider », a déclaré Irving. Le lendemain, l’employé a aidé Nauta à emballer un SUV « lorsque l’ancien président Trump est allé à Bedminster pour l’été ».

L’avocat a déclaré que son client, un employé de longue date de Mar-a-Lago qui a refusé d’être identifié, avait coopéré avec le gouvernement et n’avait « aucune raison de penser qu’aider à déplacer les boîtes était important ». D’autres personnes au courant de l’enquête ont confirmé le rôle de l’employé et ont déclaré qu’il avait été interrogé à plusieurs reprises par les autorités.

READ  Le télescope spatial Web découvre des structures inexpliquées au cœur de la Voie lactée

Irving représente plusieurs témoins dans le procès, et son cabinet d’avocats est payé par Trump’s Save America PAC, selon des rapports de divulgation. L’avocat de Nauta, Stanley Brandt, a refusé de commenter.

Les enquêteurs ont cherché à rassembler des preuves que Trump ou des personnes proches de lui avaient délibérément caché des documents classifiés au gouvernement.

Dans la soirée du 2 juin, le jour même où les deux employés ont déplacé les boîtes, l’avocat de Trump a contacté le ministère de la Justice et a déclaré que les responsables étaient invités à visiter Mar-a-Lago et à récupérer des documents classifiés liés à l’assignation. Brad et les agents du FBI sont arrivés le lendemain.

Les avocats de Trump ont remis aux autorités une enveloppe scellée contenant 38 documents classifiés et une attestation signée qu’une « recherche substantielle » avait été menée pour les documents demandés par l’assignation et que tous les documents pertinents avaient été restitués.

Dans le cadre de cette visite, Pratt et ses agents ont été invités à visiter une salle de stockage où les assistants de Trump ont déclaré que des boîtes de documents de sa présidence étaient conservées. Des documents judiciaires déposés par le ministère de la Justice indiquent que les avocats de Trump ont déclaré aux visiteurs qu’aucune des boîtes de la salle de stockage ne pouvait être ouverte ni leur contenu visualisé.

Lorsque les agents du FBI ont obtenu une ordonnance du tribunal pour fouiller Mar-a-Lago deux mois plus tard, ils ont trouvé plus de 100 personnes. Des documents secrets, certains dans le bureau de Trump et d’autres entreposés.

Dans un dossier du tribunal d’août expliquant la perquisition, les procureurs ont produit des preuves de « conduite obstructive » en réponse à l’assignation, écrivant que les documents « peuvent avoir été cachés et retirés de la salle de stockage ».

Avant même que le bureau de Trump ne reçoive l’assignation à comparaître en mai, les procureurs ont également rassemblé des preuves de ce que certains responsables ont appelé une « répétition générale » pour déplacer des documents gouvernementaux qu’il ne voulait pas abandonner, ont déclaré des personnes proches de l’enquête.

Le terme « répétition générale ». Un avis judiciaire scellé publié plus tôt cette année a été utilisé dans l’une des nombreuses batailles juridiques concernant l’accès du gouvernement à des témoins et des preuves spécifiques, ont déclaré certaines personnes. Il a été utilisé pour décrire un épisode dans lequel Trump aurait examiné le contenu de certaines boîtes, mais pas toutes, contenant du matériel classifié, ont déclaré ces personnes. Le New York Times Signalé pour la première fois L’équipe de Trump a organisé ce qui était « apparemment une répétition générale » avant l’arrivée de l’assignation.

READ  Le DOJ cherche à interdire à Sam Bankman-Fried de contacter les employés de FTX

Pendant ce temps, Trump et son équipe juridique se sont engagés dans des allers-retours avec la National Archives and Records Administration pour savoir s’il avait pris des dossiers et des actifs de la Maison Blanche qui devraient rester avec le gouvernement. Ce différend sur les dossiers présidentiels a finalement conduit à la découverte de documents classifiés à Mar-a-Lago – certains d’entre eux très sensibles, y compris des informations sur les capacités nucléaires d’un pays étranger ; le système de missiles de l’Iran ; et la collecte de renseignements visant la Chine.

L’ancien président, familier avec la situation, a déclaré à ses assistants qu’il voulait s’assurer qu’il conservait les documents qu’il considérait comme sa propriété.

Trump et les papiers de Mar-a-Lago : une chronologie

Cet épisode de répétition générale est l’un des nombreux cas dans lesquels les enquêteurs examinent d’éventuelles arrière-pensées dans les actions de Trump et de ceux qui l’entourent. Cependant, les avocats de Trump et certains de ces témoins ont fait valoir ces derniers mois que les procureurs considéraient la séquence des événements sous un jour plus suspect. Smith dit que l’équipe l’a Prétend de manière déraisonnable que les gens n’essaient pas de cacher quoi que ce soit au gouvernement, mais accomplissent des tâches routinières et innocentes au service de leur employeur.

Plus d’un témoin a déclaré séparément aux procureurs que Trump garde parfois des documents classifiés à l’air libre dans son bureau de Floride, où d’autres peuvent les voir, ont déclaré des personnes proches du dossier. Parfois, il les montrait à des gens, y compris des assistants et des visiteurs.

Selon la force de ces preuves, de tels récits pourraient gravement saper les affirmations de Trump ou de ses avocats selon lesquelles il ne savait pas qu’il était en possession de documents classifiés.

Des personnes familières avec la situation ont déclaré que l’équipe de Smith avait achevé une grande partie de son travail d’enquête dans l’affaire des documents et qu’elle avait découvert quelques épisodes distincts de comportement prohibitif.

L’un des cas suspects d’obstruction était le 1er août. Les gens ont dit que cela s’était produit après une perquisition du FBI le 8 Ils n’ont pas fourni plus de détails, mais le Guardian avait précédemment rapporté qu’en décembre, les avocats de Trump avaient trouvé une boîte contenant des cartes de la Maison Blanche. Quelques petites annonces à Mar-a-Lago. Dans ce cas, un assistant junior a déplacé la boîte du bureau de location du gouvernement à West Palm Beach, à proximité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *