Les Marocains passent la deuxième nuit dans les rues après le puissant séisme qui a fait plus de 2 000 morts


Marrakech
CNN

Des Marocains terrifiés ont passé une deuxième nuit dans la rue Un puissant tremblement de terre Les sauveteurs courent contre la montre pour atteindre les victimes coincées dans des villages de montagne isolés à proximité du séisme, qui a tué plus de 2 000 personnes et a été durement touché par des secousses dévastatrices.

Un séisme de magnitude 6,8, qui Vendredi a frappé tard, la plus meurtrière au Maroc depuis six décennies. Selon l’US Geological Survey, il s’agit de l’attaque la plus violente qui ait frappé la région autour de l’ancienne ville de Marrakech depuis un siècle.

Selon les autorités marocaines, 2 012 personnes ont été tuées et 1 404 grièvement blessées jusqu’à présent.

Dans la ville historique de Marrakech, la plus grande ville proche de l’épicentre et une attraction touristique majeure, de nombreuses familles sont restées dehors samedi soir alors que les autorités ont averti les habitants d’être vigilants face aux répliques continues.

Les gens sont restés à l’écart des bâtiments endommagés et des murs de boue rouge qui les entourent dans le centre médiéval très peuplé de la ville, où des parties s’étaient effondrées.

Un habitant de Marrakech a déclaré à CNN que la vieille ville fortifiée, ou médina, avait subi d’importants dégâts.

« De nombreux bâtiments ont été endommagés. Certains d’entre eux sont des mosquées, des maisons et de nombreuses communautés ont été touchées », a-t-il déclaré.

Dans le parc de l’Oliveraie, au centre de Marrakech, des centaines de personnes, dont des enfants et des personnes âgées, dormaient sur des couvertures et des matelas de fortune. Les familles se sont regroupées pour tenter de se reposer après le choc et la panique de la nuit précédente.

Certains ont apporté des vêtements et des sacs de nourriture, se préparant à quitter leur domicile pour un long séjour.

READ  L'Islande présente un risque élevé d'éruptions volcaniques

Les drapeaux autour de la ville sont mis en berne pour marquer trois jours de deuil national déclarés par la monarchie.

A l’aéroport de Marrakech, des dizaines de touristes dormaient par terre dans le terminal principal, attendant de prendre leur vol. Les vols à destination et en provenance du centre touristique ont fonctionné comme d’habitude.

Le roi Mohammed VI du Maroc a donné instruction de créer une commission des services de secours, qui fournira soins, logement et nourriture aux victimes.

Fadel Senna/AFP/Getty Images

Les forces armées de l’État marocain exhument un corps d’une maison détruite par un tremblement de terre dans le village de montagne de Tafekagde, samedi 9 septembre.

Fadel Senna/AFP/Getty Images

Le minaret d’une mosquée se dresse derrière des maisons endommagées ou détruites suite au tremblement de terre du 9 septembre à Moulay Brahim, au Maroc.

Fadel Senna/AFP/Getty Images

Les gens pleurent les victimes du tremblement de terre à Moulay Brahim, au Maroc, le 9 septembre.

Fadel Senna/AFP/Getty Images

Un habitant marche parmi les décombres à Marrakech, au Maroc, le 9 septembre.

» a déclaré Echarif/Agence Anadolu/Getty Images

Un bâtiment endommagé est aperçu à Marrakech, au Maroc, le 9 septembre.

Abdelhaq Balhaghi/Reuters

Des secouristes fouillent les décombres à Amismis, au Maroc, le 9 septembre.

Fadel Senna/AFP/Getty Images

Une femme devant sa maison endommagée par le tremblement de terre à Marrakech, au Maroc, le 9 septembre.

Mosa’ab Elshamy/AP

Des gens inspectent des maisons endommagées à Moulay Brahim, au Maroc, le 9 septembre.

Fadel Senna/AFP/Getty Images

Les secouristes recherchent les survivants d’une maison effondrée dans la province marocaine d’Al Houze, le 9 septembre.

Abdelhaq Balhaghi/Reuters

Un véhicule endommagé repose dans une rue de Marrakech, au Maroc, le 9 septembre.

Fadel Senna/AFP/Getty Images

Des habitants se réfugient dehors suite au tremblement de terre survenu à Marrakech, au Maroc, le 9 septembre.

Des scènes de dévastation et de désespoir se sont également produites dans les villages situés au pied des montagnes de l’Atlas, où le séisme a eu son épicentre.

Un grand nombre de décès ont eu lieu dans ces zones reculées, avec des maisons en briques de terre crue s’effondrant sur les habitants et des rochers bloquant les routes pour l’arrivée des équipes de secours.

Des images aériennes montrent des villages sur les pentes, réduits en tas de décombres après le séisme.

Fatima, 50 ans, a déclaré à CNN que sa maison dans le village de montagne d’Asni avait été détruite.

« Je n’ai pas eu l’occasion d’attraper les enfants et de m’enfuir avant de voir ma maison s’effondrer sous mes yeux. Les voisins se sont également effondrés et deux personnes ont été retrouvées mortes sous les décombres », a-t-il déclaré.

Mohammed, 50 ans, originaire de la ville voisine de Ouirgane, a perdu quatre membres de sa famille dans le séisme.

« J’ai réussi à sortir sain et sauf avec mes deux enfants, mais j’ai perdu le reste. Ma maison a disparu », a-t-il déclaré.

Découvrez ce contenu interactif sur CNN.com

Des opérations de secours y sont en cours.

« Nous sommes dans la rue alors que les autorités tentent de sortir les morts des décombres. De nombreuses personnes ont été emmenées à l’hôpital avant moi. Nous attendons des miracles des ruines », a-t-il déclaré.

Dans la petite ville de Moulay Brahim, des images diffusées par Reuters montraient des villageois fouillant dans les décombres pour récupérer les corps.

READ  Ocean Explorer : un navire de croisière de luxe coulé libéré dans le fjord du Groenland

Les secouristes se lancent dans une course contre la montre. Les 72 premières heures qui suivent un tremblement de terre constituent la période la plus critique pour retrouver des survivants, car l’état des personnes piégées et blessées peut rapidement se détériorer au-delà de cette fenêtre.

« Ils l’appellent ‘l’âge d’or’ parce que si vous voulez sortir les gens des décombres, c’est le moment de le faire », a déclaré Joe English, porte-parole du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

« Ces villes et villages sont éloignés et difficiles d’accès… Le soutien et la solidarité internationales sont absolument essentiels », a-t-il ajouté.

Les dirigeants du monde entier ont exprimé leurs condoléances et offert une aide internationale au Maroc.

La France a activé l’aide d’urgence financée par les gouvernements locaux, tandis que les services d’urgence israéliens se préparaient à se mobiliser au Maroc.

Les Émirats arabes unis établiront un « pont aérien » pour acheminer les fournitures, et l’Algérie a rouvert son espace aérien, malgré la rupture antérieure des relations diplomatiques avec le Maroc, pour l’aide humanitaire et les vols médicaux. La Turquie envoie également du personnel et des tentes.

Plus de 300 000 personnes ont été touchées par le puissant séisme qui a frappé Marrakech et ses environs, a indiqué l’Organisation mondiale de la santé.

Le pays n’a pas connu de catastrophe comparable depuis 2004, lorsqu’un séisme de magnitude 6,3 avait frappé la ville portuaire d’Al Hoceima, tuant 630 personnes.

Le pire tremblement de terre des temps modernes au Maroc a tué au moins 12 000 personnes près de la ville d’Agadir, dans l’ouest du pays, en 1960.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *