L’UAW porte plainte pour pratiques déloyales de travail contre GM et Stellantis

31 août (Reuters) – Le syndicat United Auto Workers a annoncé jeudi avoir porté plainte pour pratiques déloyales de travail auprès du Conseil national des relations du travail contre General Motors (GM.N) et Stellantis, société mère de Chrysler (STLAM.MI). Négociez de bonne foi.

GM et Stellantis ont nié les accusations injustes de main-d’œuvre.

Ford Motor (FN) a déclaré qu’il offrirait une augmentation de salaire de 9 % jusqu’en 2027, bien loin de l’augmentation de 46 % recherchée par le syndicat.

Les deux allégations vues par Reuters indiquent que les constructeurs automobiles ont refusé de négocier de bonne foi sur les salaires et les avantages sociaux au cours des six derniers mois.

Le président de l’UAW, Shawn Fine, a déclaré dans des commentaires en ligne que les pages étaient loin d’être terminées.

« Nous allons nous battre comme un diable pour obtenir une part équitable pour les travailleurs », a-t-il déclaré. « Nous pourrions y aller, mais ces entreprises se portent très bien, et elles se portent très bien. »

Fein a déclaré que les constructeurs automobiles de Détroit voulaient avoir la possibilité de fermer des usines automobiles américaines et de les déplacer vers des pays à bas salaires, et a qualifié de « terrorisme économique » le fait que les constructeurs automobiles menacent de fermer des usines américaines.

Ford a déclaré que son « offre généreuse » accorderait aux salariés horaires une augmentation de salaire combinée garantie de 15 %, des sommes forfaitaires et des avantages sociaux améliorés.

READ  Les forces israéliennes étendent leurs opérations terrestres à Gaza visant à détruire le Hamas

« Dans l’ensemble, l’offre est meilleure que ce que gagnent les travailleurs de Tesla (TSLA.O) et des constructeurs automobiles étrangers opérant aux États-Unis », a déclaré Ford.

Les revendications du syndicat comprennent une augmentation immédiate des salaires de 20 %, des retraites à prestations définies pour tous les travailleurs, des semaines de travail plus courtes et des augmentations supplémentaires du coût de la vie.

Les contrats de travail actuels de quatre ans couvrant 146 000 travailleurs des trois constructeurs automobiles de Détroit expirent le 14 septembre.

Ni GM ni Stellantis n’ont fait de contre-offres, a déclaré Fain.

Stellandis a déclaré que l’UAW était choqué par ces affirmations : « Nous n’avons pas négocié de bonne foi. C’est une affirmation qui n’a aucun fondement factuel ». Fein est « plus concentré sur le dépôt de plaintes frivoles que sur de véritables négociations », a déclaré Stellandis.

Le chef de la fabrication de GM, Gerald Johnson, a déclaré que l’entreprise avait fermement nié les accusations injustes de main-d’œuvre. « Nous pensons que cela n’a aucun mérite et constitue une insulte aux équipes de négociation. Nous sommes très concentrés et progressons dans la négociation directe et de bonne foi avec l’UAW », a déclaré Johnson.

La semaine dernière, environ 97 % des membres de l’UAW ont voté en faveur de l’autorisation d’une grève à moins qu’un accord ne soit trouvé d’ici le 14 septembre.

L’UAW appelle à la permanence de tous les travailleurs temporaires chez les constructeurs automobiles américains, à une meilleure participation aux bénéfices, à des augmentations substantielles des heures rémunérées, ainsi qu’au rétablissement des prestations de santé des retraités et à des ajustements au coût de la vie.

READ  Sous-marin touristique du Titanic : l'opération de recherche a été déplacée après avoir entendu du bruit

L’UAW a déclaré que Ford n’avait pas de plafond pour les travailleurs temporaires, que ces travailleurs ne participaient pas au partage des bénéfices, gagnaient moins de 60 % du taux de salaire plus élevé des travailleurs permanents et recevaient des prestations de santé inférieures aux normes.

Ford a annoncé qu’il augmenterait le salaire de départ à 20 dollars de l’heure pour les travailleurs temporaires, une augmentation de 20 % et un ajustement du coût de la vie basé sur le contrat à 12 000 dollars pour les employés permanents.

Seulement 2 à 3 % de la main-d’œuvre horaire de Ford sont des travailleurs temporaires, le niveau le plus bas des trois de Détroit, a déclaré Ford.

L’UAW a déclaré que le changement de formule de participation aux bénéfices de Ford aurait réduit les salaires de 21 % au cours des deux dernières années, tandis que Ford a déclaré qu’il accorderait aux travailleurs permanents et temporaires une prime de signature de 5 500 $ après l’approbation du contrat.

David Shepherdson rapporte ; Montage par Chris Reese et Leslie Adler

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Obtenez les droits de licenceOuvre un nouvel onglet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *