Poutine rencontre son « cher ami » Xi pour montrer un partenariat sans limites

BEIJING, 17 octobre (Reuters) – Le président russe Vladimir Poutine est arrivé mardi à Pékin pour rencontrer le président chinois Xi Jinping, dans le cadre d’un voyage largement considéré comme une démonstration de confiance et de partenariat « sans frontières » entre les deux pays malgré la guerre en Ukraine. enragé.

Des séquences vidéo ont montré Poutine et son entourage arrivant à l’aéroport international de Pékin mardi matin, son deuxième voyage à l’étranger depuis que la Cour pénale internationale (CPI), basée à La Haye, a émis un mandat d’arrêt contre lui en mars.

Il a été reçu par le ministre chinois du Commerce Wang Wentao.

Il s’agit du premier voyage officiel du dirigeant du Kremlin en dehors de l’ex-Union soviétique cette année, après s’être rendu dans l’ancienne république soviétique du Kirghizistan au début du mois.

Accusant Poutine d’avoir expulsé illégalement des enfants d’Ukraine, la CPI oblige les 123 États membres de la Cour à arrêter Poutine et à le transférer à La Haye pour y être jugé. Ni le Kirghizistan ni la Chine ne sont membres de la CPI, créée pour enquêter sur les crimes de guerre.

Xi a vu son « cher ami » pour la dernière fois à Moscou quelques jours après l’émission du mandat. À l’époque, Xi avait invité Poutine à participer au troisième Forum de la Ceinture et de la Route à Pékin, un forum de coopération internationale soutenu par le dirigeant chinois.

Les médias russes ont rapporté que Poutine assisterait mardi à la réception d’ouverture officielle du forum organisée par Xi et s’entretiendrait avec les dirigeants du Vietnam, de la Thaïlande, de la Mongolie et du Laos.

READ  Les contrats à terme sur le Dow chutent de 200 points alors que les commerçants se préparent aux bénéfices de la semaine chargée, décision sur les taux de la Fed

En tant qu’invité principal du forum, Poutine prendra la parole mercredi après Xi, qui rencontrera le président chinois plus tard dans la journée pour des entretiens bilatéraux.

Pékin a rejeté les critiques occidentales sur son partenariat avec Moscou, qui ne montre aucun signe de fin de la guerre en Ukraine, insistant sur le fait que leurs liens ne violent pas les normes internationales et que la Chine a le droit de coopérer avec le pays de son choix.

Poutine s’est rendu pour la dernière fois en Chine pour les Jeux olympiques d’hiver de Pékin en février 2022, lorsque la Russie et la Chine ont annoncé un partenariat « sans frontières » quelques jours seulement avant que le président russe n’envoie des dizaines de milliers de soldats en Ukraine.

Il s’agira de la troisième visite de Poutine au Forum de la Ceinture et de la Route, qui se déroule jusqu’à mercredi. Il a participé à deux forums précédents en 2017 et 2019.

La Ceinture et la Route

L’accent est mis sur l’Initiative la Ceinture et la Route, un projet massif lancé par Xi il y a dix ans et qui, espère-t-il, permettra de construire des infrastructures mondiales et des réseaux énergétiques reliant l’Asie à l’Afrique et à l’Europe via des routes terrestres et maritimes.

Poutine a salué l’initiative, affirmant qu’il s’agit d’une plate-forme de coopération internationale où « personne n’impose rien aux autres ».

READ  Comment regarder le match Cleveland Browns contre Pittsburgh Steelers sur CBS aujourd'hui

Depuis le début du conflit ukrainien, la Russie a renforcé ses liens énergétiques avec la Chine, signe de sa coopération économique.

La Russie exporte environ 2,0 millions de barils de pétrole par jour vers la Chine, soit plus d’un tiers de ses exportations totales de pétrole brut. Moscou envisage de construire un deuxième gazoduc vers la Chine.

Même si les dirigeants des géants pétroliers et gaziers russes Rosneft et Gazprom feront partie de la délégation de Poutine, aucun nouvel accord énergétique n’est attendu.

Le Kremlin a déclaré que ce voyage n’était pas une visite « bilatérale à part entière », mais qu’il s’effectuait en marge d’une conférence internationale.

Reportage de Ryan Wu; Reportage supplémentaire de Lydia Kelly à Melbourne ; Montage : Christopher Cushing et Simon Cameron-Moore

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Obtenir les droits de licenceOuvre un nouvel onglet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *