Steve Martin nie les allégations de sa co-star de « Little Shop of Horrors » – Date limite

Steve Martin a répondu aux allégations de sa co-star Miriam Margolis en 1986. Petite boutique des horreurs.

Dans ses nouveaux mémoires Oh Miriam : histoires d’une vie extraordinaireL’actrice vétéran Orrin Scrivello a écrit sur le portrait d’une assistante dentaire par Martin sur TDS, en particulier lorsque le personnage de Martin claque la porte au visage du personnage de Margolis et la frappe.

« Toute la journée, j’ai été battu et les portes s’ouvraient au nez ; Il est frappé, giflé et renversé à plusieurs reprises par l’antipathique et impitoyable Steve Martin – peut-être qu’il joue un rôle légitime – et rentre à la maison grincheux avec un mal de tête épouvantable.

Sa note globale ? Martin était « indéniablement brillant, mais terrifiant pour moi ».

Martin a répondu aux allégations dans une déclaration à Deadline :

« Quand j’ai lu pour la première fois le récit cinglant de Miriam Margolis sur notre scène Petite boutique des horreurs, J’ai été surpris. Je me souviens que nous avions de bonnes relations en tant qu’acteurs professionnels. Mais s’il est sous-entendu que je lui ai fait du mal ou que j’ai fait preuve de négligence en effectuant la cascade, je dois m’y opposer. Je me souviens avoir été très prudent à l’égard d’un faux coup de poing – je ferais preuve de la même prudence dans n’importe quel scénario similaire. Il m’a assuré qu’il allait bien et nous nous sommes arrêtés pour prendre quelques photos réussies. était Il n’y a eu aucun contact physique entre elle et moi, accidentel ou autre, dans cette scène ou dans tout ce que nous avons filmé.

Vous pouvez voir la programmation ci-dessous.

READ  Manifestations sur les retraites en France: la Cour suprême soutient les plans impopulaires de relever l'âge de la retraite à 64 ans

Martin et d’autres ont participé.

« De plus, sur le plateau, supervisant leurs actions, il y avait un réalisateur hautement compétent et sensible, Frank Oz, un coordinateur des cascades, une équipe de tournage, un superviseur du scénario, ainsi que des figurants qui regardaient toute la scène bien répétée… »

À l’appui de son récit, Martin propose le rappel suivant d’Oz :

« Je répète toujours les activités physiques au ralenti. La scène aurait dû comporter un faux coup de poing. Ce dont elle parle est déroutant. Ce n’est pas le Steve que je connais, et ce n’est pas celui que quiconque connaît. Il est toujours professionnel et courtois dans tous mes tournages.

Oz et Martin ont produit quatre films ensemble : Petite boutique des horreurs, Sale scélérats pourris, Doigt d’arc Et propriétaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *