Un autre tremblement de terre de 6,3 millions en Turquie et en Syrie sème la panique

ANTAKYA, Turquie, 20 février (Reuters) – Un séisme de magnitude 6,3 a frappé le sud de la Turquie près de la frontière syrienne lundi soir.

Deux journalistes de Reuters ont déclaré que les tremblements étaient forts et soutenus, endommageant des bâtiments et envoyant de la poussière dans l’air nocturne de la ville centrale d’Antakya, l’épicentre. Il a également été ressenti en Égypte et au Liban, ont déclaré des journalistes de Reuters.

Le Centre sismologique méditerranéen européen (EMSC) a déclaré que le tremblement s’était produit à une faible profondeur de 2 km (1,2 mi).

La police patrouillait à Andakya alors que les ambulances se précipitaient vers la zone touchée par le séisme près du centre-ville. Deux personnes se sont évanouies tandis que d’autres ont passé des appels d’urgence sur des téléphones portables dans les rues entourant Central Park.

Après le dernier tremblement de terre, Reuters a vu des équipes de secours turques courir à pied pour vérifier les habitants, dont la plupart vivaient dans des tentes de fortune depuis les secousses deux semaines plus tôt.

Dernières mises à jour

Voir 2 autres histoires

Muna Al Omar a déclaré qu’il se trouvait dans une tente dans un parc du centre d’Antakya lorsque le séisme a frappé.

« Je pensais que la terre se fendrait sous mes pieds », a-t-elle pleuré en tenant son fils de 7 ans dans ses bras.

« Y aura-t-il une autre réplique ? » elle a demandé.

Deux tremblements de terre majeurs le 6 février ont également secoué la Syrie voisine, laissant plus d’un million de personnes sans abri et tuant plus que le dernier décompte officiel de 46 000 dans les deux pays.

READ  Les obligations et les actions prolongent la crise du Nouvel An alors que les données américaines s'achèvent

De plus petits tremblements de terre ont secoué la région au cours des deux dernières semaines, mais le tremblement de terre de lundi était le plus important depuis le 6 février.

« C’était très fort. Cela nous a chassés de chez nous », a déclaré Burhan Abdelrahman, qui sortait de sa tente dans un camp du centre-ville d’Antakya lorsque le séisme a frappé.

« J’ai invité des parents de Syrie, d’Adana, de Mersin, d’Izmir, partout pour leur rendre visite. »

L’agence turque de gestion des catastrophes, l’AFAD, a exhorté les habitants à rester à l’écart de la côte méditerranéenne car le tremblement de terre pourrait apporter jusqu’à 50 centimètres d’eau.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, qui n’ont pas été vérifiées par Reuters, montraient des passagers se cachant dans la panique à l’aéroport d’Ananya alors que le tremblement de terre secouait le bâtiment en verre.

Reportage supplémentaire par Ece Toksabay à Ankara; Par Parisa Hafezi; Montage : Mark Heinrich, Alexander Smith et Jonathan Spicer

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *