Wolff accuse la stratégie « désastreuse » du GP des Pays-Bas de la part de Mercedes F1

Mercedes s’est tiré une balle dans le pied à Zandvoort en passant trop de temps sur les slicks dès qu’il a commencé à pleuvoir. L’équipe a sous-estimé la gravité de la brève pluie qui a secoué l’équipage alors que d’autres équipes, dont McLaren et Williams, ont également pris le relais.

Une erreur tactique a gêné la remontée de Lewis Hamilton de la 13e place et a coûté une minute complète à George Russell.

« Je pense que nous avons été absents pendant une durée désastreuse. Nous nous sommes complètement trompés », a admis Wolff sur Sky Sports F1. « Nous procéderons à un examen approfondi. »

« La situation n’est jamais celle d’une seule personne ou d’un seul département. Ce sont les communications entre le pilote, le mur des stands, la stratégie, la météo et nous tous qui prenons des décisions. C’est à nous tous, et cela m’inclut. C’est bien. ça fait mal. Quand ça pique, ça colle.

Toto Wolff, directeur du groupe et PDG, Mercedes-AMG

Photo : Michael Potts / Films de sport automobile

Le point de la déception de Wolff était que Mercedes avait en fait une voiture plus rapide à Zandvoort, gâchant un éventuel podium pour Russell, tandis que Hamilton estimait également qu’il avait « le rythme pour défier » en remportant sa troisième victoire consécutive au Grand Prix des Pays-Bas. Prix ​​devant ses supporters locaux.

« C’est ennuyeux parce que la voiture était vraiment [good] Vitesse. Et puis, à partir de là, ça a rebondi du mieux qu’on a pu.

« Nous avons vu à la fin que George avait le rythme de Max dans les intermédiaires et que Lewis était très fort à l’arrière. [Ferrari’s Carlos] Panneaux. Nous aurions pu faire plus de progrès. »

READ  Fiche d'information : Les dirigeants du monde lancent un corridor économique historique entre l'Inde, le Moyen-Orient et l'Europe

Néanmoins, Wolff a été encouragé par l’amélioration de la forme de Mercedes, même si elle n’a pas pu en tirer profit.

« J’avais une bonne vitesse, une voiture de course rapide et un résultat médiocre, même si ça faisait mal », a-t-il admis. « Mais c’est quand même amer parce que le résultat est si mauvais. Cela aurait pu l’être, mais cela n’a pas compté dans notre match. »

Mercedes a vu l’écart avec Aston Martin pour la deuxième place du championnat des constructeurs se réduire à 11 points, avec un écart de 40 points avant le Grand Prix d’Italie de la semaine prochaine à Monza.

En savoir plus:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *