« Impossible » : panique alors qu’Israël ordonne l’évacuation de l’hôpital al-Shifa de Gaza | L’actualité du conflit israélo-palestinien

Des milliers de personnes déplacées et de patients, dont beaucoup sont dans un état critique, n’ont ni ambulance ni accès.

Les forces israéliennes ont donné samedi une heure aux médecins, aux patients et aux personnes déplacées de l’hôpital Al-Shifa de Gaza pour évacuer le complexe médical, provoquant « beaucoup de panique et de peur », a rapporté Youmna Elzayed d’Al Jazeera.

Une source médicale à Al-Shifa a déclaré à Al Jazeera que l’évacuation était « impossible » car l’établissement, qui abrite environ 7 000 personnes, dont des patients gravement malades, a été bombardé et assiégé par les troupes israéliennes.

« Ils n’ont pas d’ambulances pour transférer les patients et les bébés prématurés vers le sud [of Gaza]Elzayed a fait un reportage depuis Khan Yunis, dans le sud de Gaza.

« C’est lui [the source] On appelait ça un « crunch » pour leur dire de partir dans une heure.

Parmi ceux qui se trouvent à al-Shifa se trouvent au moins 300 patients, dont certains ou la plupart sont dans un état grave ou critique, ainsi que des milliers de familles déplacées.

Il s’agit notamment « d’au moins 35 bébés prématurés qui sont déjà sortis des incubateurs depuis huit jours en raison du manque d’oxygène et du manque d’électricité », a déclaré Elsayed. Il restait 39 bébés sans incubateur ; Quatre sont décédés vendredi soir et cinq sont désormais gravement malades, a ajouté notre correspondant.

« Il n’y a pas de transport dans la ville de Gaza et dans les zones du nord en raison du manque de carburant, donc les gens sont censés partir à pied. Les médecins nous disent qu’il est impossible d’évacuer autant de personnes à pied.

READ  La recherche montre qu'un mauvais sommeil vous rend plus susceptible de développer de l'asthme

Après la date limite imposée par Israël, a déclaré Elsayed, les médecins ont déclaré à l’armée israélienne qu’ils n’évacueraient pas et n’abandonneraient pas leurs patients.

Omar Zaqout, le superviseur de l’hôpital, a déclaré à Al Jazeera que les évacuations forcées venaient juste de commencer et que les scènes à l’extérieur de l’établissement étaient « terrifiantes ».

« On nous a dit de sortir par la route Al-Wehta. Des dizaines de cadavres sont éparpillés sur la route », a-t-il déclaré à Al Jazeera. « De nombreux sans-abri qui ne peuvent pas marcher sont laissés pour compte. »

Mounir al-Barsh, médecin à l’hôpital Al-Shifa, a déclaré que l’armée israélienne avait appelé vers 9 heures du matin. [7:00 GMT]Il a averti que tous ceux qui partaient devraient marcher sur une seule ligne, en agitant des mouchoirs blancs.

« Ils ont été humiliés par les soldats tout au long de la route », a déclaré Al-Bahsar à Al Jazeera.

« De nombreux patients ont été placés dans des fauteuils roulants ou sur des lits roulants. Les membres des familles ont été forcés de porter seuls leurs enfants ou leurs parents blessés… ce sont des scènes horribles et sans précédent », a-t-il déclaré.

« Environ 120 patients sont restés sur place, incapables de bouger », a noté Al-Bashar, ajoutant que le directeur de l’hôpital, quatre médecins et un petit groupe d’infirmières étaient présents à l’hôpital pour les aider.

Il a ajouté qu’il avait été assuré que la délégation de l’ONU serait dépêchée à 11 heures du matin. [9:00 GMT] Ceux qui restent doivent être pris en charge.

L’armée israélienne a conseillé aux gens d’évacuer par la rue Al-Rasheed, et non par la rue ou l’itinéraire habituel pour les personnes sortant vers le sud – la rue Salah Al-Din.

READ  Sous-marin touristique du Titanic : l'opération de recherche a été déplacée après avoir entendu du bruit

ElSayed a ajouté que l’armée n’a fourni aux évacués aucun carburant pour les ambulances ou les voitures permettant de déplacer les malades, les bébés prématurés et les familles déplacées.

Israël a affirmé qu’un centre de commandement du Hamas se trouvait sous l’hôpital, mais n’a trouvé aucune preuve pour étayer ses affirmations. Le Hamas et le personnel hospitalier ont toujours rejeté les affirmations israéliennes.

L’hôpital est privé de nourriture, d’eau, d’électricité et d’oxygène depuis au moins une semaine, tandis que les troupes et les chars israéliens attaquent l’établissement depuis deux jours.

Zaqout, al-Shifa, manque d’approvisionnement en eau, qu’il a qualifié de « sanitaire et insalubre ».

« L’électricité est coupée depuis plus de trois semaines. Les nourrissons et les nouveau-nés sont privés d’oxygène. Ce n’est rien d’autre qu’une grotte médiévale », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *