L’OPEP+ annonce des réductions surprises de la production de pétrole

  • Cette décision inattendue intervient avant la réunion des ministres de lundi
  • Le total des engagements de réduction de l’OPEP+ s’élève désormais à 3,66 millions de bpj
  • Le pétrole pourrait atteindre 10 dollars le baril – Analyste

DUBAÏ, 2 avril (Reuters) – L’Arabie saoudite et d’autres producteurs de pétrole de l’OPEP+ ont annoncé dimanche qu’ils réduiraient encore leur production de pétrole d’environ 1,16 million de barils par jour, une décision surprise qui, selon les analystes, ferait immédiatement monter les prix et qui, selon les États-Unis, n’était pas la bienvenue. .

Les promesses de l’Opep+, qui regroupe l’Organisation des pays exportateurs de pétrole avec la Russie et d’autres alliés, portent les réductions totales à 3,66 millions de bpj, soit 3,7 % de la demande mondiale, selon les calculs de Reuters.

La croissance de dimanche intervient un jour avant une réunion virtuelle du groupe ministériel OPEP+, qui comprend l’Arabie saoudite et la Russie, et devrait s’en tenir à ses réductions déjà de 2 millions de bpj jusqu’à la fin de 2023.

Des baisses de production surprenantes

Les prix du pétrole sont tombés à 70 dollars le baril le mois dernier, un creux de 15 mois, en raison des craintes que la crise bancaire mondiale ne nuise à la demande. Cependant, après que des sources ont minimisé la perspective et que le pétrole brut s’est redressé à 80 dollars, de nouvelles mesures de l’OPEP+ ne devraient pas soutenir le marché.

La dernière baisse pourrait faire grimper les prix du pétrole de 10 dollars le baril, a déclaré dimanche le directeur de la société d’investissement Pickering Energy Partners, tandis que le courtier pétrolier PVM a déclaré qu’il s’attend à une hausse immédiate lorsque les échanges reprendront après le week-end.

READ  SpaceX lance l'avion spatial Falcon Heavy X-37B dimanche soir au KSC

« Je m’attends à ce que le marché soit plusieurs dollars plus élevé.

L’Arabie saoudite, premier producteur de l’OPEP, a déclaré qu’elle réduirait sa production de 500 000 bpj. Le ministère saoudien de l’énergie a déclaré que la réduction volontaire du royaume était une mesure de précaution visant à soutenir la stabilité du marché pétrolier.

« L’OPEP prend des mesures proactives en cas de baisse de la demande », a déclaré Amrita Sen, fondatrice et directrice d’Energy Aspects.

En octobre dernier, l’OPEP+ a accepté de réduire la production de 2 millions de bpj de novembre à la fin de l’année, provoquant la colère de Washington alors que les approvisionnements serrés font grimper les prix du pétrole.

Les États-Unis ont fait valoir que le monde avait besoin de prix plus bas pour soutenir la croissance économique et empêcher le président russe Vladimir Poutine de générer davantage de revenus pour financer la guerre en Ukraine.

L’administration Biden a qualifié la décision, annoncée par les producteurs dimanche, d’imprudente.

« Compte tenu de l’incertitude du marché, nous ne pensons pas que les réductions soient une bonne idée pour le moment – nous l’avons clairement dit », a déclaré un porte-parole du Conseil de sécurité nationale.

Mai commence

Les coupes volontaires débuteront en mai et dureront jusqu’à la fin de l’année. L’Irak réduira sa production de 211 000 bpj, selon un communiqué officiel.

Les Émirats arabes unis ont annoncé une réduction de la production de 144 000 bpj, le Koweït une réduction de 128 000 bpj, Oman une réduction de 40 000 bpj et l’Algérie une réduction de 48 000 bpj. Le Kazakhstan réduira également sa production de 78 000 bpj.

READ  Les principaux médias exhortent Biden et Trump à participer aux débats présidentiels

Le vice-Premier ministre russe Alexander Novak a déclaré dimanche que Moscou prolongerait la réduction volontaire de 500 000 bpj jusqu’à la fin de 2023. Moscou a annoncé unilatéralement ces réductions en février après l’introduction des plafonds de prix occidentaux.

Une source de l’OPEP + a déclaré que le Gabon réduirait volontairement 8 000 bpj et que tous les membres de l’OPEP + n’avaient pas rejoint le mouvement, certains tombant en dessous des niveaux déjà convenus en raison du manque de capacité de production.

Après les coupes unilatérales de la Russie, les responsables américains ont déclaré que son alliance avec d’autres membres de l’OPEP s’affaiblissait, mais la décision de dimanche a montré que la coopération était toujours solide.

Graphiques Reuters

(Reportage de Maha El Dahan, Ahmad Rasheed, Dmitry Zhdanikov et Adam Makari, reportage supplémentaire d’Alex Lawler, Ahmed Khader et Gary McWilliams) Écriture d’Alex Lawler Montage par Hugh Lawson, Sharon Singleton et Philippa Fletcher

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *