Un défenseur des droits des victimes du nord du Texas se bat pour annuler le délai de prescription imposé aux femmes exploitées

Nord du Texas – Le pasteur de Gateway Church, Robert Morris, démissionne après des allégations d’abus sexuels Aujourd’hui, des questions se posent quant à savoir pourquoi il n’existe aucune possibilité de responsabilité civile. Cela nécessite qu’un avocat local des droits des victimes agisse. Elle ne s’arrêtera pas jusqu’à ce que la réforme arrive.

Il a fallu plus de 40 ans à Cindy Klemishire pour signaler publiquement que Robert Morris l’avait agressée sexuellement, alors qu’elle avait 12 ans. Morris est le fondateur et pasteur principal de Gateway Church.

« Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les personnes traumatisées mettent autant de temps », a déclaré Bianca Davies, PDG de New Friends New Life.

Elle sert des femmes et des filles victimes de trafic et d’exploitation.

« Je pense qu’il est important d’examiner l’impact de la violence psychologique », a-t-elle déclaré. « Vous avez quelqu’un avec une autorité religieuse. Ils sont respectés par leurs congrégations. Ils semblent avoir toutes les réponses. Cela joue vraiment avec le sens de soi et de la foi de cette personne. »

Michelle Simpson Tuegel, une avocate spécialisée dans les droits des victimes, affirme que Clemishire ne peut pas intenter de poursuites civiles contre Church ou son agresseur parce que le délai de prescription au Texas et en Oklahoma est arrivé trop tard. détenu

« Au Texas, le délai de prescription expire en 2024, donc si cela s’est produit alors que vous aviez moins de 18 ans, vous avez 30 ans pour déposer une plainte civile pour abus sexuel », a-t-elle déclaré. « Cette loi n’est entrée en vigueur qu’en 2019. »

READ  Cindy Williams, star de "Laverne & Shirley", décède à 75 ans

Le Texas et l’Oklahoma n’ont pas dépassé rétroactivement la « fenêtre de relance », ou délai de prescription, ce qui signifie que la fenêtre du Clemishire sera beaucoup plus petite, a-t-il déclaré.

« Cela dépend de leur date de naissance et du moment où les abus ont eu lieu », a-t-il expliqué. « C’était dans les années 1980, donc le délai de prescription de deux ans s’appliquait à l’époque. »

Il a déclaré qu’il travaillait pour changer cela et que de nombreux États l’avaient déjà adopté.

« Nous étions à l’Assemblée législative lors de la dernière session législative, nous avons même essayé d’obtenir une audience d’un comité de survivants à ce sujet, mais nous n’avons pas pu obtenir d’audience sur cette question », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *