Israël intensifie ses bombardements suite à l’attaque d’une mosquée en Cisjordanie après que Gaza ait reçu de l’aide

Bande de Gaza:

L’armée israélienne a annoncé samedi qu’elle intensifiait ses attaques contre la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, en prévision d’une invasion terrestre prévue, alors que des agents de l’ONU mettaient en garde contre une situation humanitaire « catastrophique » dans le territoire assiégé.

La première goutte d’aide égyptienne est entrée samedi dans les territoires palestiniens, mais les 20 camions autorisés à traverser ont été décrits comme « une goutte dans l’océan » compte tenu des besoins des 2,4 millions d’habitants.

Selon des responsables israéliens, l’armée a frappé Gaza avec des frappes incessantes en réponse à l’attaque meurtrière du Hamas le 7 octobre.

Selon le ministère de la Santé du Hamas, la campagne de bombardements a tué 4 300 Palestiniens, pour la plupart des civils, et réduit cette zone densément peuplée à des ruines fumantes.

Plus de 40 pour cent de toutes les maisons ont été endommagées ou détruites, et Israël a coupé l’approvisionnement en nourriture, en eau, en carburant et en électricité, selon l’ONU, citant des responsables locaux.

Israël va désormais intensifier ses bombardements pour réduire les risques encourus par ses troupes lorsqu’elles lancent une invasion terrestre, a déclaré le porte-parole militaire, l’amiral Daniel Hagari.

Il a dit que nous réduisons le risque en intensifiant la grève à partir d’aujourd’hui.

« Nous allons intensifier les attaques, c’est pourquoi j’exhorte les habitants de la ville de Gaza à continuer de se déplacer vers le sud pour leur sécurité. »

Israël a averti plus d’un million de personnes vivant dans la partie nord de Gaza de se déplacer vers le sud pour leur propre sécurité, et l’ONU

Les bombardements se sont poursuivis dans le sud de la bande de Gaza, les responsables du Hamas faisant état de neuf personnes tuées lors d’une frappe aérienne nocturne à Khan Yunis.

READ  Les hôpitaux locaux se préparent à l'éclipse totale de Soleil

Des centaines de milliers de civils resteraient dans la ville de Gaza et ses environs, au nord, ne voulant pas ou ne pouvant pas partir.

Le Qatar négocie la libération des otages

Les troupes israéliennes sont massées le long de la frontière avec Gaza et leurs commandants se sont rendus samedi dans les unités de première ligne pour mobiliser les troupes.

« Nous entrerons dans Gaza », a déclaré le commandant en chef, le lieutenant-général Herzi Halevi, lors d’une visite dans une unité d’infanterie.

« Gaza est densément peuplée et l’ennemi y prépare beaucoup de choses, mais nous nous y préparons », a déclaré Halevi.

Une invasion terrestre présente une myriade de défis pour les troupes israéliennes, qui peuvent être confrontées aux mines et tunnels du Hamas dans un environnement urbain densément peuplé.

Un autre facteur qui complique la situation est la sécurité des plus de 200 otages kidnappés par le Hamas le 7 octobre et détenus à Gaza.

Deux otages américains ont été libérés vendredi soir, après médiation du Qatar, qui pourrait, selon lui, être libéré « très prochainement ».

« Nous empruntons une voie qui mènera à la libération rapide des otages, en particulier des civils », a déclaré samedi le porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères, Majid al-Ansari, au journal allemand Welt am Sonntag.

« Nous travaillons actuellement sur un accord en vertu duquel tous les otages civils seront libérés plus tôt », a-t-il ajouté.

Après des négociations et la pression américaine, 20 camions transportant de la nourriture et des médicaments, mais pas de carburant, ont quitté l’Égypte samedi pour Gaza.

Le passage a ensuite été fermé et les responsables de l’ONU ont prévenu.

« La situation humanitaire à Gaza était désespérée avant les récentes hostilités », ont indiqué les cinq agences de l’ONU dans un communiqué.

« C’est un désastre en ce moment. Le monde doit faire davantage. »

READ  Affaire Natalee Holloway : Joran van der Sloot admet avoir tué une adolescente de l'Alabama et plaide coupable d'avoir fraudé sa famille et extorqué de l'argent, selon le juge

‘Quelque chose à faire’

Lors d’un sommet de paix organisé par l’Egypte, le chef de l’ONU, Antonio Guterres, a de nouveau appelé à un cessez-le-feu humanitaire « pour mettre fin à ce cauchemar ».

Cependant, signe de divisions internationales, la réunion n’a pu accepter aucun appel commun, les responsables occidentaux exigeant une condamnation claire du Hamas et les participants arabes souhaitant publier leur propre déclaration critiquant les dirigeants mondiaux.

À l’intérieur de Gaza, les habitants choqués ont déclaré qu’ils ne savaient pas où aller ni comment protéger leurs familles.

« Même dans mes pires rêves, je n’aurais jamais pensé que cela était possible », a déclaré Rami Abu Wasna, regardant les destructions dans le quartier d’Al-Sahra, au centre de Gaza.

Une quarantaine de corps non identifiés ont été enterrés samedi dans une fosse commune dans la ville de Gaza, l’ampleur de l’explosion ayant rendu les systèmes de base inutilisables et l’entrepôt frigorifique étant épuisé avant qu’ils puissent être identifiés, a indiqué l’ONU.

A la frontière du kibboutz Biri en Israël, où les militants du Hamas ont tué 10 pour cent de la population, les funérailles étaient en cours dimanche.

Romy Gould, 70 ans, a déclaré que les résidents avaient encore du mal à comprendre l’horreur de leur expérience.

« Tout autour de nous, des familles entières ont été abattues, massacrées ou brûlées vives », a-t-il déclaré à l’AFP.

Comme beaucoup, il estime que l’invasion terrestre de Gaza « ne peut pas arriver assez vite. Il faut faire quelque chose ».

« Il faut qu’il y ait une sorte de garantie que cela ne se reproduise plus », a-t-il déclaré.

« Mieux vaut partir maintenant »

Le conflit a alimenté les craintes d’une épidémie plus large, les attaques israéliennes et les attaques des colons en Cisjordanie ayant tué des dizaines de Palestiniens.

READ  La guerre russo-ukrainienne en un coup d'œil : ce que nous savons du jour 344 de l'invasion | Ukraine

L’armée israélienne a déclaré dimanche avoir ciblé des « terroristes » avec une frappe aérienne contre une mosquée de la ville de Jénine, en Cisjordanie, où le Hamas et le groupe militant du Jihad islamique ont déclaré qu’ils prévoyaient de nouvelles attaques.

Une personne a été tuée et trois blessées dans cette frappe, a indiqué l’agence de presse palestinienne Wafa, citant le Croissant-Rouge local.

Les tirs se sont également poursuivis le long de la frontière nord d’Israël avec le Liban, où l’armée a échangé des attaques avec le groupe militant Hezbollah.

Dans le sud du Liban, le Hezbollah a déclaré que quatre militants avaient été tués, ainsi qu’un membre du Jihad islamique palestinien.

Trois soldats ont été blessés dans des tirs de chars anti-Hezbollah dans le village de Baram, ont indiqué des responsables israéliens, dont un grièvement, et deux ouvriers agricoles thaïlandais ont été blessés.

Les dirigeants occidentaux ont mis en garde le Hezbollah contre toute ingérence dans le conflit, mais le numéro deux du groupe s’est dit ouvert à une implication accrue.

« Soyons clairs au fur et à mesure que les événements évoluent : si quelque chose survient qui nous oblige à intervenir davantage, nous le ferons », a déclaré Naim Qasim.

Israël a évacué des dizaines de communautés du nord et près de 4 000 personnes au Liban ont fui les zones frontalières vers la ville méridionale de Tyr.

« Mes enfants sont tous petits. En cas de catastrophe, comment puis-je les faire sortir d’un seul coup ? » Mustafa al-Sayed a déclaré qu’une salle de classe avait les bureaux retirés et parsemés de fins coussins.

« Alors j’ai pensé, je ferais mieux de sortir maintenant. »

(Cette histoire n’a pas été éditée par le personnel de NDTV et a été générée automatiquement à partir d’un flux syndiqué.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *