La FDIC se prépare à placer la Première République sous séquestre – Source

28 avril (Reuters) – La Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) des États-Unis se prépare à acquérir prochainement la First Republic Bank (FRCN. ) Dans le commerce prolongé.

Le régulateur bancaire américain a décidé que la situation du prêteur régional en difficulté s’était détériorée et qu’il ne restait plus beaucoup de temps pour poursuivre un renflouement par le secteur privé, a déclaré la source à Reuters sous couvert d’anonymat car l’affaire est confidentielle.

De grandes banques, dont JPMorgan Chase & Co (JPM.N) et PNC Financial Services Group (PNC.N), sont en lice pour acheter First Republic à la suite d’une prise de contrôle par le gouvernement qui pourrait intervenir dès cette semaine, a rapporté le Wall Street Journal. Vendredi.

PNC, JP Morgan et First Republic ont refusé de commenter le rapport, tandis que la FDIC n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Le prêteur basé à San Francisco est la troisième banque américaine à chuter depuis mars si sa valeur baisse. First Republic a déclaré cette semaine que ses dépôts avaient chuté de plus de 100 milliards de dollars au premier trimestre.

Les actions de la banque ont plongé de 43%, aggravant une trajectoire boursière qui a anéanti 75% de sa valeur cette semaine. L’action a perdu plus de la moitié de sa valeur vendredi pour atteindre un niveau record de 2,99 dollars.

Graphiques Reuters

Au plus bas, la capitalisation boursière de la banque était de près de 557 millions de dollars, bien loin de son sommet de 40 milliards de dollars en novembre 2021.

Les actions de certaines autres banques régionales ont également chuté, avec Pacwest Bancorp (PACW.O) en baisse de 2% après la cloche et Western Alliance (WAL.N) en baisse de 0,7%.

READ  Les partisans de Haley stupéfaits par la revanche Trump-Biden : « Ce pays peut faire mieux »

Reuters a rapporté plus tôt vendredi que la FDIC, le département du Trésor et la Réserve fédérale faisaient partie des agences gouvernementales qui avaient organisé des réunions avec des institutions financières au sujet d’une bouée de sauvetage pour la banque.

La nouvelle de la décision imminente de placer la Première République sous séquestre intervient le même jour que la Réserve fédérale et la FDIC ont détaillé leurs lacunes en matière de surveillance avant les dépôts qui ont conduit à l’effondrement de la Silicon Valley Bank et de la Signature Bank en mars.

L’évaluation par la banque centrale de ses insuffisances dans la détection des problèmes de la SVB basée à Santa Clara, en Californie, et dans la recherche de correctifs s’est accompagnée de promesses d’une surveillance plus stricte et de règles plus strictes pour les banques.

Bank of America Corp. (BAC.N), Citigroup Inc. (CN), les grandes banques ont organisé une première bouée de sauvetage pour la Première République en regroupant 30 milliards de dollars de dépôts de poids lourds bancaires américains, dont JPMorgan et Wells Fargo & Co (WFC). N).

Mais la Première République a eu du mal à trouver le soutien des grandes banques ou des sociétés de capital-investissement pour son projet de vente d’actifs tels que les «mauvaises banques» ou les obligations et les livres hypothécaires.

Les principales banques qui ont effectué le dépôt ont refusé de commenter ou n’étaient pas disponibles pour commenter.

First Republic, qui a publié lundi ses résultats du premier trimestre, a annoncé son intention de réduire son bilan et de réduire ses coûts en réduisant la rémunération des dirigeants, en réduisant l’espace de bureau et en licenciant 20 à 25 % des employés au deuxième trimestre.

READ  Les travailleurs de l'automobile du Canada signent un contrat avec GM

John Guernera, analyste institutionnel principal chez RBC BluePay Asset Management, a déclaré que le cas de First Republic était une « situation en évolution ».

« Le reste du système bancaire régional a l’impression d’être dans un endroit différent de celui où se trouve le FRC », a-t-il déclaré.

Rapports de Medha Singh à Bangalore ; Montage par Saumyadeb Chakraborty

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *