Le siège USMND de Greg Berhalter s’échauffe tôt

LANDOVER, Maryland. – Il y a huit ans et deux administrations du football américain, une défaite de quatre buts était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Ce ne sera pas pour Greg Berhalder ; Mais après la défaite 5-1 de samedi contre la Colombie, c’est un précédent approprié de rappeler la pression croissante exercée sur l’équipe nationale masculine des États-Unis et son entraîneur.

L’USMNT de Jurgen Klinsmann a échoué au Costa Rica à l’automne 2016. Leur défaite 4-0 était la troisième défaite de l’équipe américaine A avec une telle marge depuis 1994. Trois mois plus tard – et quelques jours après la catastrophe au Costa Rica – l’entraîneur principal avait perdu son emploi.

Samedi est le quatrième.

À mesure qu’il se déroulait, le siège de Berhalter commençait certainement à se réchauffer.

Bien sûr, c’était une amitié. Par rapport à 2016, les enjeux et les circonstances sont différents. Mais le précédent le plus pertinent est peut-être la première de quatre défaites, une défaite 4-0 contre l’Espagne en juin 2011 lors d’un match amical pré-Gold Cup. Bob Bradley a survécu à cette défaite. Il a mené les États-Unis à la Gold Cup. Après avoir perdu au tournoi régional Gold Cup, Bradley a été éliminé.

Bref, où en est le football américain après 13 ans. Berhalter entraînera l’USMNT lors de la Copa America 2024. S’il échoue, Après Des questions seront posées et des décisions seront prises.

READ  La SEC pourrait attendre "des années" pour faire appel de l'affaire Ripple - Brad Carlinghouse

La question, en particulier, est de savoir si l’USMNT peut avancer et grimper jusqu’en 2026.

La Copa America fournira des ressources vitales.

Si la réponse est claire et concrète, les résultats pré-compétition seront oubliés.

Cependant, si elle est faible ou pire, la capitulation de la Colombie doit être considérée comme faisant partie d’une tendance que les analystes du statu quo soulignent de plus en plus.

Tab Ramos, ancien assistant de l’USMND et actuel expert de Telemundo, a évoqué ce samedi sans mentionner Berhalter. « La vérité est que je vois un [U.S.] Une équipe engagée, je vois une équipe qui court, mais je vois une équipe qui ne trouve pas de solutions », a déclaré Ramos en espagnol. « C’est toujours pareil, toujours le même football, toujours le même jeu. Les matches changent, les adversaires changent, on voit la même chose.

Nous regardons l’USMNT de Berhalder depuis cinq ans maintenant. Nous les avons vu battre la pire équipe mexicaine depuis des décennies. Nous les avons également vus à l’intérieur Neuf matchs hors CONCACAF contre le top 20 Elo. Ils ont fait match nul cinq, en ont perdu quatre et n’ont pas gagné.

Ils ont récemment essayé de jouer, parfois, un football plus expansif contre l’Allemagne et la Colombie. Mais leurs efforts échouèrent ; Leur unité est brisée ; « C’était comme s’ils attendaient que nous commettions une erreur et qu’ils nous tuaient ensuite », a déclaré le capitaine Christian Pulisic à propos de la Colombie. « C’est ce qui s’est produit encore et encore. »

Que les erreurs et l’incompétence soient ou non la faute de Berhalter est incroyablement difficile. Le football international, en général, est largement dirigé par les joueurs. Mais à un moment donné, il incombe au praticien de prouver que la méthode est fragile.

Au cours de son premier cycle de travail, Berhalter a brisé d’autres formes ; Il s’est ajusté; Il a conquis le Mexique. Mais lorsqu’il a été réembauché en juin dernier pour une deuxième rotation, des doutes légitimes ont tourbillonné quant à sa capacité à mener l’USMNT vers « la prochaine étape » et vers de nouveaux niveaux.

READ  Un père de l'Arizona faisait ses courses de Noël lorsque sa maison a pris feu, tuant 5 enfants

Un an plus tard, ces doutes tourbillonnent toujours, peut-être plus menaçants que jamais. Et les horloges tournent.

La Copa America sera la seule chance pour l’USMNT d’affronter des équipes d’élite dans un véritable tournoi d’ici la Coupe du monde 2026, malgré le deuxième passage de Berhalter dans neuf mois seulement.

Ensuite, US Soccer, dirigé par le directeur sportif Matt Crocker, doit évaluer la trajectoire du programme. Les joueurs, sur le papier, sont meilleurs que jamais. Leur capacité collective augmente-t-elle en fonction de leur capacité individuelle ?

Nous aurons le temps de répondre à cette question fin juillet. Un changement de formation maintenant, en juin, sera urgent. Mais s’engager aveuglément envers Berhalder jusqu’en 2025 au moins retarderait les mois critiques au cours desquels un hypothétique nouvel entraîneur pourrait se développer. Sans preuves d’amélioration d’ici 2026, nous risquons de gâcher cette génération talentueuse de joueurs et de gâcher cette opportunité unique : une Coupe du monde à domicile.

La fenêtre de décision approche donc, même si elle est difficile. Après samedi, le siège de Berhalter s’échauffe tôt.

Il ne fait pas chaud. Dans un mois, ça pourrait être cool, et rétrospectivement, cette bizarrerie pourrait paraître idiote. Berhalder ne sera pas limogé après avoir perdu un match amical contre la Colombie. Bradley n’a pas été licencié après sa défaite contre l’Espagne (Sans démarrages multiples) Klinsmann n’a pas été limogé après avoir perdu 4-0 contre l’Argentine en demi-finale de la Copa America Centenario. Les entraîneurs ne sont pas licenciés avant 90 minutes.

Les entraîneurs sont licenciés lorsque leurs équipes se dérèglent ou ne sont pas en forme.

READ  Incendies de forêt au Texas : les incendies meurtriers au Texas brûlent 1 million d'acres – les plus importants de l'histoire de l'État – et l'enfer fait rage

Klinsmann a été licencié alors qu’un objectif semblait de plus en plus lointain plutôt que de plus en plus proche : se qualifier et remporter la Coupe du monde 2018.

C’est dans cette optique que nous verrons Berhalter au cours du mois à venir : son processus mène-t-il aux quarts de finale ou aux demi-finales de 2026 ? Ou stagne-t-il, voire recule-t-il ? Ces nobles objectifs sont-ils inaccessibles ou en voie de disparition ?

Les réponses, pour l’instant, restent peu concluantes, mais le chœur des sceptiques s’agrandit. Pour l’ensemble de l’USMNT, un point d’inflexion potentiel est presque arrivé.

Cela semble être, comme l’a dit Ramos, « un moment très, très délicat pour l’Amérique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *