Les travailleurs de l’automobile du Canada signent un contrat avec GM

Nathan Dennett/La Presse Canadienne/AP

Les travailleurs d’Unifor font grève devant l’usine de groupes motopropulseurs de General Motors St. Catharines, à St. Catharines, en Ontario. La grève d’Unifor a duré moins d’une journée et un vote de ratification dimanche a empêché la reprise de la grève.


New York
CNN

Les travailleurs de l’automobile au Canada ont conclu dimanche un nouveau contrat de travail avec General Motors.

Les membres d’Unifor, le syndicat canadien représentant 4 300 travailleurs de GM, ont voté à 80 % en faveur du nouveau contrat, qui augmente leur salaire de base de près de 20 % pendant la durée de l’accord et améliore leurs pensions. En septembre, Ford comptait des membres du même syndicat Seulement 54% ont voté pour Accord similaire.

La grève menaçait de perturber les opérations des usines américaines de GM, qui dépendent des moteurs et des transmissions construits par les membres d’UNIFOR dans certaines des installations canadiennes de GM.

Si la direction générale d’Unifor rejetait la convention de principe, le syndicat était prêt à reprendre la grève immédiatement. Compte tenu du faible vote chez Ford, une nouvelle grève chez GM est une réelle possibilité. La semaine dernière, les membres de la base des Travailleurs unis de l’automobile ont voté Contrat de travail temporaire Un constructeur de camions lourds fabrique des camions et Il s’est mis en grève en conséquence. La grève continue.

Les membres d’UNIFOR dans trois villes de l’Ontario se sont mis en grève chez GM lundi après la date limite fixée à 23 h 59 (heure locale). Le La grève est terminée Mardi après 13 heures, lorsque les deux parties ont annoncé un accord de principe.

READ  Le parc éolien offshore de la côte de Virginie reçoit l'approbation fédérale

« Je suis fière de nos membres chez General Motors pour leur solidarité tout au long de cette grève brève mais décisive et pour avoir ratifié cet accord qui apporte des améliorations qui changent la vie », a déclaré Lana Payne, présidente nationale d’Unifor. « Cet accord représente une véritable négociation collective. Notre objectif était d’apporter plus de justice et d’équité dans le milieu de travail de l’automobile et d’élever tout le monde. Et nous l’avons fait. »

« Rien de valable n’est jamais facile – les négociations collectives ne font pas exception », a déclaré Marisa West, présidente et directrice générale de GM Canada, dans un communiqué. « Ensemble, nous avons conclu un accord qui reconnaît les nombreuses contributions que nos 4 200 membres représentatifs de l’équipe apporteront, positionnant GM Canada de manière compétitive pour l’avenir, grâce à des augmentations significatives des salaires, des avantages sociaux et de la sécurité d’emploi. »

Unifor va maintenant se concentrer sur la conclusion d’un accord similaire pour ses membres chez Stellandis, qui fabrique des véhicules pour le marché nord-américain sous les marques Jeep, Ram, Dodge et Chrysler.

Les deux contrats au Canada contredisent la grève de GM, Ford et Stellantis contre les opérations américaines.

Plus de 33 000 membres du syndicat United Auto Workers sont en grève contre les trois entreprises. Le La grève a commencé le 15 septembre Et ciblé une usine d’assemblage de chaque constructeur automobile. C’était la première fois que l’UAW se mettait en grève contre les trois entreprises en même temps. UAW depuis prolongé la grève Deux autres usines d’assemblage chez Ford et une chez GM, ainsi que des réseaux de 38 centres de distribution de pièces exploités par GM et Stellantis.

READ  De nouvelles théories émergent selon lesquelles les vaccins covid pourraient avoir des liens avec la cause des acouphènes Nouvelles du monde

Les commentaires publics des deux côtés suggèrent que les négociations sont loin d’être terminées, et aucun des deux n’a donné d’indication quant à l’imminence d’un accord.

Shawn Fine, président de l’UAW Le syndicat a déclaré vendredi à ses membres qu’il était prêt à prolonger la grève sans avertissement si les négociateurs de l’entreprise n’amélioraient pas leurs offres. Les dirigeants de Ford ont déclaré la semaine dernière qu’ils avaient atteint une limite quant au montant d’argent supplémentaire qu’ils pouvaient offrir pour parvenir à un accord.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *